Les propriétés intéressantes en cancérologie du gingembre

Publié le : 09 mars 20216 mins de lecture

Étant une plante originaire d’Asie le Zinigiber officinal bien connu sous l’appellation gingembre, sa racine est utilisée en cuisine ainsi que pour la fabrication de nombreux produits. Aussi, la consommation de gingembre est également liée au traitement de nausées et vomissements ainsi que la facilitation de la digestion. Toutefois, selon les chercheurs le gingembre pourrait avoir des vertus thérapeutiques notamment concernant la prévention et le traitement des cancers, ces derniers affirmant ses bienfaits lors de leurs recherches.

Les propriétés du gingembre

Nombreuses sont les vertus du gingembre, pour bien les comprendre il est essentiel de connaitre ses propriétés. Le gingembre a une propriété antioxydante, cette dernière étant des composés qui aident à la protection des cellules du corps contre les dommages causés par les molécules impliquées dans l’amplification des cancers, les maladies cardiovasculaires, et les autres maladies causées par le vieillissement. Effectivement, les chercheurs ont trouvé une quarantaine de composés antioxydants dans le gingembre. Aussi, ce dernier a une propriété anti-inflammatoire et anticancéreuse grâce à ces composés actifs tels les gingérols, ces derniers étant responsables du goût piquant du gingembre. À la suite d’une trentaine d’analyses effectuées par les chercheurs, le gingembre, le curcuma, la menthe, le brocoli, les choux de Bruxelles ainsi que les coriandres sont classées parmi les végétaux ayant une forte teneur d’antioxydants. Le gingembre contient également du chrome, du zinc et du magnésium, ces derniers sont essentiels pour maintenir le flux sanguin en parfait état.

Dans le même thème : Quels sont les bienfaits du curcuma pour la santé ?

Les vertus du gingembre

Grâce à ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, les chercheurs ont pu mettre en exergue les nombreuses vertus du gingembre, tel son potentiel anti-cancer. En effet, le shogaols un composant issu du gingembre après une déshydratation, peut protéger les cellules pour limiter les dégâts liés à la maladie d’Alzheimer. De plus, le gingembre aurait un effet antiémétique c’est-à-dire une capacité pour la prévention et l’arrêt des nausées et vomissements, de ce fait une consommation de 0,5g à 1,5g de poudre de gingembre pourrait traiter les nausées durant la grossesse, de même pour traiter le mal des transports et les vomissements après une chirurgie. Ainsi, les gingembres grâce à ses composants tels les gingérols et les shogaols agissent sur la réduction des mouvements de l’estomac. Cependant, il reste tout de même difficile de savoir si la consommation de gingembre frais ou en tisane pourrait avoir les mêmes effets sur l’organisme humain. Une des autres vertus du gingembre est la facilitation de la digestion, car ce dernier peut stimuler la sécrétion de bile et le travail de différents enzymes digestifs. Ainsi le gingembre a une propriété antioxydant, anti-cancer, anti-nauséeux et anti-infectieux.

À explorer aussi : Profiter des vertus médicinales du graviola sous forme de capsules

Les propriétés anti-cancer du gingembre

À part ses nombreuses vertus, le gingembre aurait également une vertu concernant la prévention et le traitement de certains cancers. En effet, des recherches ont démontré un effet positif de la consommation de gingembre en capsule pour combattre les vomissements et nausées liés aux chimiothérapies. Cet effet est réel avec ou sans une combinaison du gingembre avec d’autres traitements. Aussi, une recherche assez récente a démontré une suite prometteuse concernant les effets du gingembre en tant qu’agent thérapeutique dans le traitement du cancer de la prostate. Pour prévenir le cancer, il est conseillé de consommer quotidiennement 5 à 10 g de gingembre frais soit l’équivalent de 1 ou 2g de gingembre sec.

De plus, une étude assez récente a montré que l’association du piment et du gingembre aurait un effet bénéfique concernant la réduction du risque de développer un cancer du poumon. Effectivement, ces deux épices ont une aptitude à se lier au récepteur responsable de la croissance tumorale, d’où sa propriété anti-cancer. Jusqu’à ce jour, il n’y a aucun effet négatif prouvé et connu concernant la consommation de gingembre. Toutefois, une consommation excessive en poudre peut causer des maux d’estomac, des brûlures, une diarrhée ainsi que des menstruations plus abondantes malgré les vertus du gingembre.

Usage et précautions concernant le gingembre

Avec les différentes propriétés attribuées aux gingembres, tels les effets hypoglycémiant et anticoagulant, ses consommateurs pourraient être induits en erreur en supposant que la consommation de gingembre interagisse avec certains médicaments en augmentant leurs effets. De ce fait, nombreux sont les auteurs recommandant aux personnes prenant des médicaments, notamment pour le sang comme l’aspirine, l’hérapine et autres d’éviter de consommer trop de gingembres pour éviter les risques de saignement excessif surtout avant une chirurgie. Aussi, la consommation excessive de gingembres pourrait interférer avec les médicaments pour le traitement du cœur en ayant un effet cardiotonique, de même pour le diabète avec une action hypoglycémiante. De même, la prise simultanée de gingembre et d’autres compléments alimentaires pourrait faire baisser le taux de sucre dans le sang, de ce fait la prudence est de mise. Finalement, les personnes atteintes de calculs biliaires devront consulter un spécialiste avant de consommer les poudres de gingembres. Toutefois, ces suppositions sont théoriques et n’ont pas encore été testées chez des patients.

Plan du site